La grossesse molaire encore appelée môle hydatiforme est une forme pathologique de grossesse caractérisée par l’absence d’embryon et la dégénérescence du placenta. Elle se solde toujours par un avortement après quelques semaines ou mois d’évolution.
Elle est due à un mauvais mélange des chromosomes maternel et paternel aboutissant à un composition ne pouvant que donner un avortement. 
Elle se manifeste au début par une exagération des signes de grossesse: nausées, vomissements et des saignements parfois très abondants, répétitifs parfois constitués de grains ressemblant à des grappes de raisin.
L’échographie montrera la grossesse ou l’avortement molaire.
Une aspiration sera faire pour évacuer l’utérus et le produit de l’aspiration devra être envoyé au laboratoire pour confirmer la grossesse molaire. 
Le suivi de l’avortement molaire est extrêmement important car dans certains cas, cette grossesse molaire peut persister dans l’utérus et aboutir à une forme particulière de cancer appelé choriocarcinome. 
La surveillance se fera par des prises de sang régulières pour le dosage une substance appelée bêta-HCG.
Si le taux de Bêta-HCG augmente de manière impressionnante, il faut rapidement rechercher l’existence d’un cancer dans l’utérus. Parfois, on peut proposer de manière préventive de faire une chimiothérapie ou même une hystérectomie (enlever l’utérus ) pour éviter la survenue de ce cancer. 
La surveillance devra être faite pendant 2 ans en moyenne et la meilleure signature de guérison complète est l’analyse du placenta de la grossesse suivante.
Relativement rare, ou méconnu, la grossesse molaire doit être systématiquement recherchée même lorsqu’un avortement parait normal à cause de la gravité du cancer qui peut s’en suivre. 

Toubibadakar

The following two tabs change content below.
toubibadakar
Je suis toubib! Docteur si vous voulez, gynécologue obstétricien plus précisément! Je suis né à Dakar, j'y ai grandi et fait toutes mes études du CI à la Spécialisation. J'adore écrire presque autant que mon boulot. Il m’arrive souvent d’écrire de petits articles biographiques sur ma vie de médecin à Dakar, et au Sénégal surtout, lors de mes missions en brousse. Je compte bien vous dire ici: pourquoi, comment, quand , ou, ma vie avec mes patient(e)s, sans mes patients, contre mes patients et pleins d’autres choses encore.