Avant-propos : ceci n’est pas un article érotique ni un manuel de technique sexuelle mais se veut juste une réflexion d’actualité sur une pratique sexuelle qui concerne 8 rapports sexuels sur 10. Âmes sensibles et bien-pensantes merci de vous abstenir….

La fellation, c’est quoi ?

Commençons d’abord par la définition et les synonymes :
La fellation est une pratique sexuelle consistant à sucer la verge d’un partenaire à l’aide de la bouche pour le faire jouir. Le mot fellation provient du grec FELLARE qui signifie téter, sucer (Isis aurait réanimé Osiris grâce à une fellation !)
Tout un tas de synonyme plus ou moins imagés sont utilisés pour l’évoquer : pipe, sucer, pompier…
Très appréciée des hommes en général, la fellation est l’un de leur câlin érotique préféré et c’est un préliminaire pratiqué par 8 couples sur 10 en Europe. En Afrique ? Pas de données !

La fellation stimule la verge et surtout le gland, zone érotique par excellence chez l’homme, et peut aboutir à créer un orgasme avec une éjaculation.
La fellatrice (oui le mot existe), si elle ne souhaite pas recevoir de sperme dans la bouche, doit être attentive aux prémices de l’orgasme ou demander à son partenaire de se retirer lorsque l’éjaculation est imminente.
La fellation est un câlin sexuel à sens unique car seul l’homme recevant la fellation atteint l’orgasme sauf s’il entre dans le cadre d’un câlin mutuel : fellation et cunnillingus (en position du 69).
La fellation peut créer une sensation de dégoût pour la personne qui la prodigue, surtout les 1ères fois. La motivation initiale peut être de donner du plaisir, ou de pratiquer la réciprocité, ou d’imiter les autres. Mais par la répétition, cette fellation peut finir par devenir une source d’autosatisfaction pour la fellatrice.

Il existe des variantes de la fellation:
– la gorge profonde: le pénis est introduit le plus profondément possible dans la bouche pour atteindre la gorge du partenaire. Elle est assez difficile à faire et peut entraîner un réflexe de vomissement.
– l’irrumation: c’est une fellation active de la part de l’homme qui utilise littéralement la bouche de la femme comme un vagin. Elle est plutôt brutale et entre plus dans le cadre de pratique sado-masochiste.
– l’autofellation: c’est lorsque l’homme, très souple, arrive à se faire une fellation sur son propre sexe mais cela nécessite des capacités exceptionnelles de contorsionniste !

Les risques auxquels il faut penser

La fellation ne peut pas entraîner de grossesse (le débat est donc clos).

Médicalement parlant, la fellation est une pratique sexuelle à risque car il y a un risque de transmission de certaines infections sexuellement transmissibles (IST) même si peu d’études existent sur ce sujet. Cependant, cette transmission nécessite souvent la présence de lésions ulcérées ou saignantes dans la bouche ou/et sur la verge des partenaires. De ce fait, le risque de transmission est de 0,5 à 1 pour 10.000 selon les études.
L’herpès et l’hépatite B sont les principales IST pouvant être transmisent par la fellation car les microbes responsables sont présents dans la salive.
La syphilis, l’angine, la candidose et les condylomes génitaux (sothieute) et la blennorragie font partie aussi des maladies possibles.
D’autres études font aussi état du risque de survenue de cancer ORL et buccal à cause du rôle présumé du HPV mais, toujours selon des études, le risque de survenue du cancer du col reste toujours plus élevé lors d’un rapport sexuel vaginal avec une partenaire non vaccinée contre le HPV.

La prévention des risques médicaux lors d’une fellation passent par :
une hygiène irréprochable (qui est nécessaire chez les partenaires adeptes du sexe oral).
l’utilisation d’un préservatif qui permet d’éviter la contamination par une des maladies sus-citées, mais le goût et la consistance du latex diminuerait le plaisir escompté. Des préservatifs parfumés peuvent pallier à ces désagréments.
– le traitement des lésions sur les lèvres et la bouche (aphtes) avec une bonne hygiène buccodentaires-dentaire.
Il n’est pas conseillé de faire une fellation juste après s’être lavé les dents ni de se brosser les dents après une fellation car, dans les deux cas, une fragilisation de la muqueuse buccale peut être source de porte d’entrée à un éventuel germe.
En cas d’éjaculation dans la bouche, il est souhaitable de recracher le sperme et de se rincer la bouche juste avec de l’eau sans frotter ni utiliser de bain de bouche car cela pourrait agresser la muqueuse buccale et créer une porte d’entrée à un éventuel germe.

Pour l’homme aussi, une hygiène corporelle rigoureuse est un minimum avant une fellation car, une mauvaise odeur, une accumulation de sueur, de résidus d’urines ou de sperme peuvent créer un dégoût ou des nausées chez la fellatrice.

Enfin, du point de vue pénal, une fellation imposée par la force, la contrainte, la menace ou la surprise à une femme (ou à un homme ) par celui qui reçoit la fellation équivaut à un viol. Tandis qu’une fellation prodiguée à un homme non consentant, n’est pas un viol mais plutôt une agression sexuelle. Comprendra qui pourra !

Toubibadakar

The following two tabs change content below.
toubibadakar
Je suis toubib! Docteur si vous voulez, gynécologue obstétricien plus précisément! Je suis né à Dakar, j'y ai grandi et fait toutes mes études du CI à la Spécialisation. J'adore écrire presque autant que mon boulot. Il m’arrive souvent d’écrire de petits articles biographiques sur ma vie de médecin à Dakar, et au Sénégal surtout, lors de mes missions en brousse. Je compte bien vous dire ici: pourquoi, comment, quand , ou, ma vie avec mes patient(e)s, sans mes patients, contre mes patients et pleins d’autres choses encore.