Petit lexique simplifié du bilan hormonal de fertilité

Les hormones sont des substances sécrétées par une glande et qui passent par le sang pour agir sur un autre organe à distance.

Souvent, en cas d’irrégularités des règles ou de désir de grossesse, ou de perturbation du sperme, votre médecin peut vous demander un bilan hormonal pour y voir plus clair et confirmer une hypothèse ou un diagnostic.

Voici un petit lexique simplifié du bilan hormonal habituellement demandé :

 

1- La FSH (folliculin stimuling hormon): c’est, comme son nom l’indique, l’hormone qui stimule la croissance des follicules (qui contiennent les futurs ovules). Elle doit être dosée le en début de cycle, au 3ème jour des règles. Elle est sécrétée par une glande du cerveau: l’hypophyse, et elle agit sur les ovaires à qui elle fait sécréter d’autres hormones principalement les œstrogènes.

  • L’hypophyse (source Wikipedia)

 

Le laboratoire donne des résultats avec ses normes en fonction de la phase du cycle menstruel: 1ère phase, phase d’ovulation ou 2ème phase ou de la ménopause.

Un taux élevé traduit une augmentation de la sécrétion de cette hormone par le cerveau surtout si les ovaires commencent à moins fonctionner.

Son interprétation doit être faite avec les taux des autres hormones : LH et œstrogènes.

 

2- la LH (Luteining hormon): c’est l’hormone qui déclenche l’ovulation et qui agit surtout durant la 2ème partie du cycle après l’ovulation.

Elle est aussi sécrétée par l’hypophyse et agit aussi sur les ovaires pour favoriser la sécrétion d’autres hormones dont principalement la progestérone.

Comme son homologue la FSH, son interprétation dépend aussi de la phase du cycle, son taux est variable, et des taux de FSH et de progestérone retrouvés.

La FSH et la LH peuvent aussi être dosée chez les hommes en cas de perturbation quantitative et qualitative du sperme.

Ces deux hormones agissent sur les testicules pour la fabrication du sperme et de la testostérone, hormone de la libido.

Une baisse de ces deux hormones traduit un défaut de fabrication des spermatozoïdes provenant du cerveau.

3- la prolactine : c’est une hormone sécrétée par l’hypophyse et elle sert à la fabrication du lait dans les seins et peut parfois être demandée si on remarque que le sein sécrète un liquide transparent ou carrément du lait en dehors d’une grossesse ou d’un accouchement récent.

Elle peut être dosée à n’importe quel moment du cycle mais en étant à jeun.

Son augmentation appelée hyper-prolactininémie peut être responsable de cycles irréguliers ou de cycles sans ovulation. Parfois, elle peut être augmentée sans que cela ne soit pathologique.

4- l’AMH (Anti Mullherien Hormon): ou hormone anti-mullherienne : peu connue du public, elle évalue la quantité de follicules disponibles dans les ovaires et à son intérêt surtout en prévision des chances de réussite d’une PMA (procréation médicalement assistée) dont la FIV (fécondation in vitro) est la forme la plus connue.

Elle est très augmentée en cas d’ovaires micropolykystiques (dystrophie ovarienne) et elle baisse naturellement avec le temps.

Elle peut aussi être dosée à n’importe quel moment du cycle.

Par contre elle ne permet pas d’apprécier la fertilité naturelle.

5- La THS (Thyroïd stimuling hormon) ou hormone de stimulation de la thyroïde.

Elle est aussi sécrétée par le cerveau pour stimuler la sécrétion des hormones de la thyroïde, une glande située dans le cou et qui joue le rôle d’un véritable chef d’orchestre dans la plupart des réactions chimiques de l’organisme.

Une augmentation de la THS signe un fonctionnement thyroïdien ralenti appelé hypothyroïdie alors qu’une diminution de son taux est en faveur d’une thyroïde hyperactive appelée hyperthyroïdie.

Son interprétation peut se faire aussi en fonction des hormones thyroïdiennes appelée T3 et T4.

6- la testostérone: c’est l’hormone du désir sexuel: la libido. Elle est aussi responsable de l’apparition des caractères sexuels secondaires à la puberté: poils pubien et axillaires, développement des seins et des organes génitaux, croissance accélérée, voix rauque, développement des hanches etc

Elle est sécrétée par les testicules chez l’homme et par des glandes situées au dessus des reins appelées glandes surrénales.

Ses taux sont très faibles chez les femmes contrairement aux hommes.

Un taux élevé chez les femmes peut être la cause de présence de poils au menton ou sur la poitrine ou une petite moustache appelée hirsutisme. Cet hirsutisme fait partie parfois du syndrome des ovaires micropolykystiques.

7- l’œstrogène : c’est une hormone sécrétée par les ovaires sous l’effet de la FSH et est responsable de beaucoup de manifestations lors du cycle menstruel. Elle agit surtout en début de cycle et en synergie avec la progestérone.

Son dosage doit aussi être fait en début de cycle.

Elle traduit assez fidèlement le fonctionnement de l’ovaire. Sa production chute à l’approche de la ménopause.

Elle doit être interprétée en comparaison avec le taux de FSH.

8- la progestérone: elle est aussi sécrétée pas les ovaires et c’est hormone de la 2ème partie du cycle et surtout de la grossesse.nt

Elle dépend de la sécrétion de LH.

Elle est responsable de l’augmentation de la température après l’ovulation.

Voici principalement les hormones à doser lors d’un bilan de fertilité ou de troubles du cycle tel qu’une dystrophie ovarienne. L’interprétation du bilan doit être faite par un médecin traitant qui prend en compte les résultats de l’examen physique et de l’échographie.

Toubibadakar

Dr abdoulaye Diop

Gynécologue-obstétricien

Crédit photo: http://villemin.gerard.free.fr/aScience/Biologie/aGENERAL/Hormones.htm

The following two tabs change content below.
Je suis toubib! Docteur si vous voulez, gynécologue obstétricien plus précisément! Je suis né à Dakar, j'y ai grandi et fait toutes mes études du CI à la Spécialisation. J'adore écrire presque autant que mon boulot. Il m’arrive souvent d’écrire de petits articles biographiques sur ma vie de médecin à Dakar, et au Sénégal surtout, lors de mes missions en brousse. Je compte bien vous dire ici: pourquoi, comment, quand , ou, ma vie avec mes patient(e)s, sans mes patients, contre mes patients et pleins d’autres choses encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *